Effondrement d'un pont à Malanville : le Niger coupé du Bénin


Alerte rouge à Malanville ! Le pont de la Sota situé à l’entrée de cette ville carrefour, frontière entre le Bénin et le Niger a cédé dans l’après-midi de ce mercredi 5 Août 2018 sous la furie des eaux du fleuve Niger. Il n'est donc plus possible de rallier les différentes villes du Niger par voie terrestre, en passant par Malanville et vice versa.

Le seul pont d’accès sur la Sota a fini par céder sous les affres des eaux de ruissellement des pluies qui se sont abattues sur la ville ces dernières semaines. Longtemps fragilisée, l’infrastructure située entre une station-service et l’ancien poste de douane a fini par céder. Face à cette situation, le Bénin reste momentanément coupé de son voisin du Nord, et les populations bloquées de part et d’autre de l’ouvrage effondré. Une situation assez préoccupante quand on sait qu’au-delà de la peur qui s’est emparée des riverains, les activités telles que le commerce transfrontalier et le transport entre les deux pays sont paralysées. En effet, les camions en partance de Cotonou pour le Niger sont condamnés à un arrêt forcé, ralentissant du coup, l’activité économique entre les deux pays.

Il faut souligner que le Bénin à travers son port, est la 1ère porte d'entrée des marchandises destinés à la consommation au Niger qui absorbe plus de 70% des marchandises en transit débarquées. Il y a donc un risque potentiel d'engorgement des artères de la ville par des camions gros porteurs en attente des formalités administratives et douanières.

Par ailleurs, le plus grand risque de perte réside au niveau sécuritaire notamment la sécurité routière, les risques de vols, mais aussi et surtout des denrées périssables menacées d'avaries par les différentes intempéries. Les commerçants sont très inquiets quant aux pertes énormes engendrées par cette situation qui augmente le transit time (temps de passage) de leurs diverses cargaisons.

L’enjeu étant donc de taille, diligences faites déjà au plus haut niveau sont à saluer. Mais à situation exceptionnelle, mesure exceptionnelle. Les dispositions urgentes annoncées par le ministre béninois en charge des infrastructures et des transports, Allassane Séidou pour le rétablissement de l’ouvrage sont attendues dans les meilleurs délais par les usagers de ce pont dont on ignore pour le moment la date de réouverture.

Pour la sécurité des pratiquants de ce pont, la direction générale du port autonome de Cotonou, informe les usagers, utilisateurs du Corridor (Cotonou-Niamey), notamment les transporteurs et les conducteurs de camion, que les autorités gouvernementales sont à pied d’œuvre pour le rétablissement rapide de la circulation.

#Bénin #Niger #Mallanville #Pont #Infrastructure

LE SAVIEZ-VOUS ?

99 % des besoins quotidiens sont transportés par Camion.

Si vous l'avez, c'est qu'un camion vous l'a apporté

BESOINS QUOTIDIENS

Réseaux Sociaux
Événements
6TH ALN Annual Meeting – Nairobi, Kenya 2020
à determiner
LA REVUE DE PRESSE LOGISTIQUE