Économie bleue: Le Maroc s'apprête à booster les sous-secteurs de l’économie bleue non exploités


Le dernier rapport du Conseil Economique Social et Environnemental (CESE) a souligné que le Maroc mise ces dernières années sur l’exploitation de ses ressources halieutiques grâce à son plan Halieutis horizon 2020. En effet avec les potentielles ressources du pays, les patrimoines de l'exploitation judicieuse de ces dernières devrait accélérer la performance de l’économie bleue. C’est dans ce cadre que le CESE a dressé les différents voies et moyens à aborder pour atteindre cet objectif.

Au-delà de la production halieutique nationale qui a atteint 1,37 million de tonnes en 2018, soit 83% de l’objectif prévu par la stratégie Halieutis 2020, le Conseil Economique Social et Environnemental met l’accent sur une série de métiers ou de filières émergents, encore sous-exploités pour le développement de l’économie bleue.

En effet, pour le président du CESE, Ahmed Réda Chami, certaines activités telles que le gaz et le pétrole offshore, les sports nautiques présentent un potentiel certain qui pourrait agir sur la valeur ajoutée du Maroc. « Le Maroc dispose de 400 000 km² de bassins sédimentaires pour le pétrole et le gaz offshore non exploité », a expliqué le Conseil dans son rapport.

Lire aussi : Economie bleue: Le Maroc soutenu par l’Europe et 12 autres pays africains dans le cadre de son initiative « Ceinture bleue »

En outre, le Maroc « détenant une grande richesse en biodiversité » pourrait garantir une grande valeur ajoutée à l’économie bleue à travers les biotechnologies marines. D’après le président du CESE, le marché de la biotechnologie marine est lié à plusieurs secteurs d’application dont l'industrie pharmaceutique, les cosmétiques, la biotechnologie industrielle et les produits botaniques. A ceux-ci, viennent s’ajouter les activités de dessalement de l’eau de mer, qui peuvent offrir des solutions face aux menaces du stress hydrique. Ainsi, « l’intégration de nouvelles technologies permettra d’optimiser les efforts d’investissement dans ce domaine », a indiqué le CESE.

Lire aussi : Transport maritime: Un incendie de navire fait six victimes au port de Durban

Par ailleurs, le Conseil préconise la recherche, l’innovation, la collecte, le traitement des données, et le suivi des espaces maritimes, qui « présenteraient un appui essentiel aux politiques publiques.

Retrouvez toute l'actualité Commerce Transport et Logistique en Afrique sur www.fluxafrica.com

#transportmaritime #Economiebleue #Maroc

LE SAVIEZ-VOUS ?

99 % des besoins quotidiens sont transportés par Camion.

Si vous l'avez, c'est qu'un camion vous l'a apporté

BESOINS QUOTIDIENS

Réseaux Sociaux
Aucun événement à venir pour le moment
  • Facebook Social Icône
  • Twitter Icône sociale
  • Youtube
  • Instagram

© 2017 - FLUX AFRICA

TOUTE REPRODUCTION INTERDITE SAUF ACCORD ECRIT