Plus de 16 000 employés du secteur minier sud-africain licenciés


Après le licenciement il y a deux semaines de plus de 13 000 salariés par l’ entreprise sud-africaine Impala Platinum , c’est au tour de de Gold Fields, première société aurifère d'Afrique du Sud, d’informer le très prochain licenciement de plus de 1 560 employés de la mine de South Deep. Cette croissance inquiétante du nombre de licenciements s’explique par un très faible taux d’investissement malgré les coûts d’exploitation qui ne cessent de grimper, sans compter les prix mondiaux qui perdent en valeur de jour en jour.

Selon Industri-all Global Union, le secteur minier de l’Afrique du Sud avance à grands pas vers une mort certaine. Plusieurs raisons pourraient expliquer cette situation : la masse salariale des mineurs revue à la hausse sous la houlette du gouvernement sud-africain, l’épuisement des ressources qui pousse à faut creuser sur des kilomètres avant d’extraire la matière. Certains responsables de sociétés minières n’hésitent pas à se retirer du pays pour d’autres destination. C’est le cas de Mzi Khumalo, responsable de Metallon Corporation, un producteur, développeur et explorateur d’or, qui n’a pas hésité à rejoindre le Zimbabwe pour y renforcer ses activités. Et pour cause, la diminution flagrante du cours de l’or en Afrique du Sud, amenuisant cruellement les bénéfices des patrons d’entreprises minières. Pan African Resources à Evander (une compagnie productrice d’or) située non loin de la capitale sud-africaine, les choses ne semblent pas non plus aller mieux. Plus de 1 710 licenciements ont été enregistrés ces derniers jours.

Cette situation, loin de laisser de marbre le Ministre des mines, Gwede Mantashe, fait l’objet de nombreuses négociations entre le gouvernement sud-africain, les syndicalistes et les chefs d’entreprises minières.

#mines #AfriqueduSud

LE SAVIEZ-VOUS ?

BESOINS QUOTIDIENS

99 % des besoins quotidiens sont transportés par Camion.

Si vous l'avez, c'est qu'un camion vous l'a apporté

Réseaux Sociaux

Événements

à determiner
LA REVUE DE PRESSE LOGISTIQUE