Dossier : Les TIC dans l’économie des corridors africains, des outils pour faciliter le commerce


La problématique de la libre circulation des personnes et des biens constitue un défi majeur pour l'intégration politique et économique et l'interconnectivité des pays de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Un défi qu’il urge de relever dans le secteur des transports en général et du transport routier en particulier à travers la mise en place de plusieurs mécanismes et le recours à la technologie D’où l’introduction des TIC dans l’économie des corridors africains pour faciliter le transport, un des principaux objectifs du colloque international Marport.

En Afrique de l’Ouest, le transport routier supporte l’essentiel des flux (environ 80% des échanges extérieurs en transit à partir des ports et plus de 90% des échanges intra-régionaux). Ainsi, tout obstacle lié à la fluidité du trafic constitue un handicap pour la compétitivité des produits sur le marché mondial (surcroît, prolongement de délai etc.). D’où la nécessité de prendre certaines mesures pour simplifier ou améliorer les conditions de transport et de transit routiers de véhicules de marchandises sur les différents corridors.

Lire aussi : Transport routier: Le Poste de Contrôle Juxtaposé inauguré à la frontière Togo-Ghana

Ainsi, les deux Communautés Économiques Régionales (CER) de l’Afrique de l’Ouest que sont la CEDEAO et l’Union Économique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) ont adopté, entre 2003 et 2005, respectivement le Programme Régional de Facilitation du Transport et du Transit Routier (PRFTTR) et le Programme d’Aménagement Communautaire des Infrastructures de Transports Routiers (PACITR). Ceci pour mettre à un bon niveau de service, les routes Inter-États et le volet «facilitation du transport» qui vise à lever les obstacles à la fluidité du trafic sur les corridors routiers.

Par ailleurs depuis quelques années avec l'appui de divers partenaires au développement tels que la coopération Japonaise JICA, la Banque mondiale , la CNUCED etc de nombreuses, l'UEMOA et la CEDEAO ont opéré des réformes signifiantes en ce qui concerne la facilitation des échanges sur les divers corridors de desserte. En témoignent les postes de frontières juxtaposées,l'observatoire des pratiques anormales sur les corridors, l'alliance Bordeless, les points d'informations en ligne etc...

Lire aussi : Transport maritime: Les TIC au service de la modernisation des ports ouest-africains - Marport 2018


Quid de l’intégration des TIC dans l’économie des corridors africains?

Les corridors sont des outils majeurs de l’économie de la circulation. Ils sont déterminants dans la connexion productive du port avec son arrière-pays. Les corridors, tout comme les villes qu’ils relient entre elles, sont désormais connectés grâce aux réseaux des opérateurs de téléphonie mobile.

Au cours du colloque Marport 2018, des contributions, des partages d'expériences et de bonnes pratiques, sont attendues en ce qui concerne la dématérialisation des procédures d’écoulement des flux sur les corridors et les outils à mettre en œuvre pour la facilitation des échanges. De ces contributions vont forcément résulter des retombées socio-économiques du passage des flux dans l’arrière-pays portuaire et la mobilisation des moyens pour réduire les.

Des engagements sont aussi attendus sur les effets d’entrainement de cette diffusion des TIC sur les pratiques des acteurs économiques de tout niveau : transfert d’argent, vente de recharge, information sur les éventuelles difficultés de la circulation... Il en va, entre autres, des petits métiers liés aux réseaux GSM et tout spécialement dans le domaine des transports de proximité.

www.fluxafrica.com

#transportlogistique #MARPORT

LE SAVIEZ-VOUS ?

99 % des besoins quotidiens sont transportés par Camion.

Si vous l'avez, c'est qu'un camion vous l'a apporté

BESOINS QUOTIDIENS

Réseaux Sociaux
Événements
6TH ALN Annual Meeting – Nairobi, Kenya 2020
à determiner
LA REVUE DE PRESSE LOGISTIQUE