Transport maritime: Les acteurs maritimes togolais sensibilisés sur l’importance des aides à la navi


Afin de mettre en exécution son Plan de Développement National récemment lancé, le gouvernement togolais a commencé sa séance de sensibilisation à l’endroit des acteurs du secteur maritime. C’est ce qui explique la tenue de la 5ème conférence maritime du jeudi 7 au vendredi 8 mars 2019 à Lomé. Cette rencontre qui mise sur la sensibilisation des acteurs sur des défis juridique, logistique, sécuritaire et environnemental permettra de positionner le Togo comme une plaque tournante du transport maritime international.

Il a été question d’entretenir les acteurs maritimes sur l’importance des aides à la navigation et des renseignements de sécurité maritime ; sur les outils de gestion de la pollution ; sur la législation internationale et nationale en matière des aides à la navigation et de la pollution marine.


Lire aussi : Le port d’Abidjan est désormais capable d'accueillir des navires de dernière génération

En effet, les aides à la navigation sont des systèmes ou dispositifs extérieurs aux navires, installés pour aider les navigateurs à déterminer leur position, pour signaler la présence de dangers ou d’obstacles ou pour indiquer le meilleur trajet. Elles permettent de faciliter une compréhension suffisante du volume de trafic et du degré de risque dans les eaux du Togo. Aussi, afin de prévenir la pollution accidentelle par les hydrocarbures, ces aides à la navigation, jouent un rôle essentiel et contribuent ainsi à la protection de l’environnement marin et côtier.

D’après Zouréhatou KASSAH-TRAORE, ministre des infrastructures et des transports, cette sensibilisation est une exigence d’autant plus fondamentale qu’aujourd’hui environ 90% de la part du commerce mondial se fait par voie maritime. C’est pourquoi « il est important de prendre toutes les dispositions idoines afin de rendre la navigation et les espaces maritimes plus sûrs », a-t-elle souligné.

Lire aussi: Le Port Autonome de Lomé va héberger le Cluster Maritime de l’Afrique francophone

Par ailleurs, concernant les défis juridiques, chaque acteur devra mettre en œuvre les recommandations issues des organes juridiques dont le Haut Conseil pour la Mer (HCM), les services du Conseiller pour la mer, et la Préfecture maritime qui sont des composants de l’Organisme National chargé de l’Action de l’Etat en Mer (ONAEM), créé par décret n° 2014-113/PR du 30 avril 2014.

#transportmaritime #Togo

LE SAVIEZ-VOUS ?

BESOINS QUOTIDIENS

99 % des besoins quotidiens sont transportés par Camion.

Si vous l'avez, c'est qu'un camion vous l'a apporté

Réseaux Sociaux

Événements

à determiner
LA REVUE DE PRESSE LOGISTIQUE