Logistique au féminin: Aglaé IBING invite les femmes à s'affirmer davantage dans le secteur

Le mois de Mars est généralement consacré à la célébration des droits de la femme. A cette occasion, Flux Africa a initié une série d'interviews avec les femmes exerçant dans le monde logistique. A cœur ouvert, elles nous ouvrent les portes de leur quotidien professionnel. L'acte 1 nous emmène vers Mme Aglaé IBING, Ingénieur Supply Chain et consultante pour plusieurs entreprises en France.




Flux Africa: Pouvez-vous vous présenter à notre audience?


Je suis Aglaé IBING d’origines gabonaise et béninoise. Je suis Ingénieur en Supply Chain diplômée de Pôle Paris Alternance une École de Commerce en France. J’effectue des missions de consultations auprès d'entreprises variées dans le cadre du pilotage des flux logistiques, de l’amélioration de la performance continue, de l’élaboration et de l’application des processus internes, etc.

Je suis née au Gabon et y ai grandi. Après l’obtention de mon Baccalauréat, j’ai effectué une partie de mes études au Bénin. Après la validation de ma Licence Pro en Sciences de Gestion, j’ai fait le choix de rejoindre la France pour y poursuivre mes études de second cycle.



Lire aussi: Femme & Mobilité: Un service de taxis 100 % féminin en RDC



Flux Africa: Pourquoi avoir quitté vos deux pays pour rejoindre la France ?


Après mon 1er cycle universitaire en 2012, je désirais poursuivre mes études de logistique au Sénégal ou en Côte d’Ivoire car c'était pour moi à l’époque les seuls pays de l’Afrique de l’Ouest avec un système éducatif pertinent en ce qui concerne les formations en Transport et Logistique.

Le choix de la France était tout d’abord celui de ma mère qui a une grande confiance en mon potentiel et me pousse toujours à donner le meilleur, à être une meilleure version de moi chaque jour. J’ai fini par accepter son choix car cela représentait également une belle opportunité pour la poursuite de mes études avec la possibilité de rentrer plus vite dans le milieu professionnel grâce au programme d’études en alternance (contrat de professionnalisation).


Mais qu'est-ce qui peut finalement bien intéresser une femme dans un milieu aussi masculin, et parlez-nous de vos défis au quotidien ?


Bien que la logistique ait longtemps été perçue comme un métier plutôt masculin, aujourd’hui la mixité dans ce secteur est en parfaite évolution et ce dans plusieurs entreprises. Au sein de GT Logistics par exemple, « Les femmes représentent déjà 33% des équipes, et le nombre de femmes manager de sites, a d’ailleurs été multiplié par 4 en 5 ans. ».


"...plus quelque chose est rare, plus elle est recherchée, plus on est prêt à investir pour l’avoir."

Personnellement, ce domaine m’a attiré en 2009 d’une part car il était peu connu : j’ai une tendance à être attirée par tout ce qui est rare à cause de mon goût du challenge et de la connotation économique du mot rareté : plus quelque chose est rare, plus elle est recherchée, plus on est prêt à investir pour l’avoir. D’autre part je suis une nomade intellectuelle. J’aime découvrir des secteurs d’activités différents les uns des autres. Et la logistique est présente dans tous les secteurs, et ce quel que soit le maillon de la chaîne auquel vous vous situez.



Être consultante en Supply Chain est donc pour moi une très belle aventure professionnelle, et les défis que je rencontre résident pour la plupart dans l’atteinte de mes objectifs. Travailler dans ce milieu me permet donc d’être en perpétuelle évolution professionnelle car chaque secteur est différent et me pousse à développer :

- mon esprit d’analyse (définition et choix stratégiques des ressources, optimisation des coûts et délais, mise en place de nouveaux process et outils,…),

- ma capacité d’adaptation rapide au nouvel environnement dans lequel je me trouve (aisance relationnelle, travail et management d’équipe,…).

"...mes principaux défis quotidiens sont de me faire une place respectable dans un milieu majoritairement masculin..."

En tant que jeune femme et donneur d’ordre, mes principaux défis quotidiens sont de me faire une place respectable dans un milieu majoritairement masculin avec une tranche d’âge comprise entre 30 et 55 ans tout en sachant m’adapter à chaque type de management en fonction de la taille et la culture de l’entreprise dans laquelle j’effectue ma mission.


Flux Africa: Pensez-vous qu’une femme a une meilleure prédisposition pour les métiers de la logistique ?


Comme je l’ai dit plus haut, la logistique est un domaine très vaste. Si on se penche sur le domaine de la manutention par exemple, certaines taches peuvent être plus difficiles à exécuter pour les femmes que pour les hommes. Mais heureusement, la robotisation grandissante des entreprises fait en sorte que le travail soit de moins en moins manuel pour certaines activités et donc moins pénible. De même, en ce qui concerne l’aspect opérationnel des secteurs de l’industrie ou de l’énergie par exemple, les femmes enceintes (ou non) sont limitées (voire interdites) d’accès à ces environnements à cause de la toxicité des activités.

En tant que femmes, il convient donc de bien choisir le poste et le domaine d’activité dans lequel on souhaite travailler, en fonction de nos exigences professionnelles et de nos conditions physiques.


...mes tâches quotidiennes peuvent être résumées en quelques sortes au respect des 5 zéros...



Flux Africa: Racontez-nous en quelques lignes le quotidien d'une femme de votre profil


L’un des principaux leviers de performance de mon activité est l’application du lean management. Ainsi mes tâches quotidiennes peuvent être résumées en quelques sortes au respect des 5 zéros :

Zéro défaut : m’assurer du respect des différentes procédures afin d’éviter d’éventuels dérapages.

Zéro papier : m’assurer que les échanges internes et externes soient tracés (mails officiels à défaut d’EDI), ainsi que toute la documentation liée au fonctionnement de l’entreprise soit stockée sur un serveur sécurisé uniquement accessible aux personnes concernées.

Zéro panne : établir des prévisions pertinentes afin de réduire au maximum les différents risques d’échecs en ce qui concerne l’atteinte d’objectifs.

Zéro stock : A l’aide des ERP internes, des commandes effectuées et des inventaires de stock, nettoyer les bases de données afin d’avoir une visibilité nette et précise sur l’état de stock actuel afin d’éviter non seulement les ruptures de stock, mais surtout les stocks dormants.

Zéro délai : On ne le dira jamais assez le temps c’est de l’argent. Je dois veiller non seulement à ce que les opérationnels passent le moins de temps possible sur le terrain mais surtout à ce qu’ils y effectuent un travail de qualité (car chaque journée qu’ils passent sur site nous est facturée). Ils doivent donc travailler de manière efficiente.

Bien sûr, tout cela doit se faire en m’assurant qu’il y ait zéro conflit, zéro accident, zéro erreur.


Flux Africa : Pensez-vous revenir en Afrique un jour pour relever de nouveaux défis ? Pourquoi ?


Pas un jour ne passe sans que je pense à ma terre natale, mais pour l’instant je ne pense pas y revenir pour m’installer car je n’ai pas encore fait le tour de mon projet professionnel. Néanmoins, je pense à l’élaboration de projets d’échanges internationaux dont le continent pourrait bénéficier plus tard.


Flux Africa : Quels conseils pouvez-vous donner aux femmes du continent qui s'intéressent aux métiers de la Supply Chain?


Je demande aux femmes du continent africain de bien penser leur métier avant de le vivre (peser le pour et le contre). Et surtout de bien garder ses objectifs en tête afin de ne pas baisser les bras face aux difficultés rencontrées qu’elles soient ou non de nature sexiste.


Flux Africa : Votre mot de fin (pour nos lecteurs et Flux Africa)


Je remercie Flux Africa pour le travail abattu au quotidien et de m’avoir sollicitée pour cet interview. J’espère que mon intervention pourra aider un certain nombre de femmes à mieux se situer et s’affirmer dans le monde du travail en général et celui de la logistique en particulier. MERCI !!!


Pour en savoir plus sur Aglaé IBING, cliquer ici



Lire aussi: Interview exclusive: "Voir n'est plus un luxe" le slogan précieux de Mélanie Meka Mva


Lire aussi: Conseils de Pro: 4 clés pour mieux gérer son magasin

LE SAVIEZ-VOUS ?

99 % des besoins quotidiens sont transportés par Camion.

Si vous l'avez, c'est qu'un camion vous l'a apporté

BESOINS QUOTIDIENS

Réseaux Sociaux
Aucun événement à venir pour le moment
  • Facebook Social Icône
  • Twitter Icône sociale
  • Youtube
  • Instagram

© 2017 - FLUX AFRICA

TOUTE REPRODUCTION INTERDITE SAUF ACCORD ECRIT